Diagnostic gaz

1 – Diagnostic gaz : Synthèse

Sont concernés, tous les immeubles ou parties d’immeubles à usage d’habitation comportant une installation intérieure Gaz.

Depuis le 1er novembre 2007, le vendeur de tout ou partie d’un immeuble à usage d’habitation comportant une installation intérieure de gaz réalisée depuis plus de 15 ans doit fournir un état de cette installation intégré dans le dossier de diagnostic technique annexé à la promesse de vente.

 
Validité : 3 ans

Références réglementaires :

Code de la construction et de l’Habitation, articles L 271-4 à L 271-6 et L 134-6

Décret n°2006-1147 du 14 septembre 2006

Arrêté du 6 avril 2007

2 – Dans quel cas doit-on effectuer un diagnostic Gaz ?

Pour éviter les intoxications et les explosions causées par des installations au gaz défectueuses ou mal réglées, l’Etat a mis en place ce nouveau diagnostic immobilier. Il est obligatoire pour toutes les ventes de logement dont l’installation intérieure de gaz a plus de quinze ans.

Réalisé par des professionnels certifiés, le diagnostic gaz consiste à établir un état de l’installation intérieure de gaz afin d’évaluer les risques pouvant compromettre la sécurité des personnes.

Le diagnostic porte sur quatre points :

• la tuyauterie fixe,
• le raccordement en gaz des appareils,
• la ventilation des locaux,
• la combustion.

Les éventuelles anomalies doivent être détectées et classées selon leur dangerosité.

Le diagnostiqueur a même la possibilité d’interrompre l’alimentation en gaz si l’installation comporte un danger grave et immédiat.

Ce diagnostic doit être réalisé même si le gaz est coupé et même s’il le compteur a été supprimé, à partir du moment où il subsiste une tuyauterie fixe dans le logement.

Attention, il ne s’agit pas d’une attestation de conformité de l’installation mais de savoir si celle-ci est dangereuse ou non.

3 – Points de contrôle du diagnostic gaz

Le diagnostiqueur effectuant le certificat de conformité d’installation au gaz d’un bien immobilier portera son attention sur divers points sensibles :

• Vérification des équipements fixes d’alimentation en gaz naturel (chaudière, radiateurs, etc.)
• Etat des tuyauteries et accessoires de raccordement.
• Contrôle des appareils de production d’eau chaude sanitaire.
• Evaluation des systèmes de ventilation et d’aération du bien immobilier.

Au terme du diagnostic immobilier, le professionnel aura dressé un bilan de l’installation au gaz naturel entrant dans l’une des catégories suivantes : absence de danger, risque mineur, danger immédiat grave.

La découverte d’un disfonctionnement entraînant un quelconque danger oblige le diagnostiqueur à en référer au distributeur de gaz : l’approvisionnement en gaz peut alors être suspendu.

Ce diagnostic gaz ne s’applique pas aux installations collectives de production de chaleur ou d’eaux chaude telles que définies à l’article 2 de l’arrêté du 2 août 1977, ni aux appareils mobiles alimentés par une bouteille de gaz.

Le diagnostiqueur effectue un contrôle visuel des éléments constituant l’installation sans démontage hormis celles mentionnées dans la norme XP P 45-500. Ce contrôle gaz ne garanti pas les modifications susceptibles d’être effectuées après son passage.

4 – Validité et avantage liés au diagnostic gaz



Le diagnostic gaz produit lors de la transaction d’un bien immobilier ne devra pas dater de plus de 3 ans avant l’acte de vente. La présence d’un diagnostic immobilier réglementaire permettra au vendeur de se voir exonéré de la garantie pour vice caché. 

5 – Bâtiments concernés par un diagnostic gaz

Tout propriétaire d’un bien immobilier équipé d’une installation intérieure au gaz datant de plus de 15 ans devra faire effectuer ce diagnostic immobilier spécifique (diagnostic gaz). Toutefois, dans le cas d’une copropriété, seules les parties privatives sont concernées par ce certificat de conformité. Le logement (maison ou appartement) de personnes en situation précaire devra également être soumis à un diagnostic gaz assurant la sécurité des propriétaires. Ces derniers pourront néanmoins bénéficier d’aides (alloué au travers de conventions nationales et départementales) quant à la mise en conformité de leur habitation.

6 – Ne pas effectuer de diagnostic immobilier gaz : quels risques ?

En cas d’absence de diagnostic gaz lors de la vente d’un logement qui aurait normalement du etre soumis à un tel certificat de contrôle, le vendeur encourt des sanctions civiles se traduisant généralement par la prise en charge des travaux de mise en conformité.

7 – Textes de loi relatifs au diagnostic gaz

La loi n° 2003-8 du 3 janvier 2003, la loi ENL (Engagement National pour le Logement) du 13 juillet 2006 (modifiant les art. L 134-6 à 9 du code de la construction et de l’habitation), les décrets du 14 septembre 2006 puis du 21 décembre 2006 et enfin l’arrêté du 6 avril 2007, tous concernant le diagnostic immobilier gaz, ont permis l’instauration d’un référentiel de contrôle pour toute installation intérieure au gaz naturel.

8 – Le diagnostic immobilier gaz : en savoir plus

  Source d’énergie fossile ayant connu la plus forte progression depuis les années 70, le gaz naturel représente un cinquième de la consommation mondiale. Disposant d’avantages économiques et écologiques, ses émanations n’en restent pas moins toxiques et son utilisation au sein d’un bien immobilier nécessite donc une prise de précautions particulière. L’obligation d’effectuer un diagnostic immobilier (diagnostic gaz) lors de la vente d’une maison ou d’un appartement constitue désormais l’une de ces précautions, mais le plus important reste l’acquisition des bons gestes sécurité au quotidien.